Annuaire rétrospectif de la magistrature
Annuaire rétrospectif de la magistrature xixe-xxe siècles

Remerciements

Ce travail n’aurait pu être réalisé sans le financement de la Mission de recherche Droit et Justice (convention de recherche n° 26.06.22.04 en date du 22 juin 2006 avec l’Université de Bourgogne) et le Conseil Régional de Bourgogne qui ont permis la saisie des plusieurs dizaines de milliers de fiches de carrières de magistrats.

Nous remercions tout particulièrement Rosine Fry, ingénieure d’études au Centre Georges Chevrier, pour avoir assuré la gestion et la direction du travail de saisie informatique de ces fiches par les étudiants de l’Université de Bourgogne. Franck Balland, Aurélie Bard, Aurélien Bayond, Christophe Cailleaux, Delphine Defaut, Nicolas-Xavier Ferrand, Anne-Claire Fulon, Aurélie Geng, Clément Giraudou, Antony Guyard, Florian Humbert, Anne Lolliot, Morgan Poggioli, Alice Sourisseau et Gilles Veyrat ont chacun contribué à l’intégration dans la base de données des informations contenues dans les fiches de carrières.

Rosine Fry a été également d’une aide des plus précieuses par sa maîtrise du logiciel utilisé pour la confection de cette base (4e Dimension). Nous lui devons l’écriture de « méthodes » qui ont permis de remplir automatiquement certains champs, de contrôler et vérifier la cohérence des informations et surtout d’autoriser, par la manipulation parfois complexe des données, les analyses proposées dans le rapport scientifique. La confection de l’interface d’interrogation et la mise en ligne de la base de données lui doivent tout.

Nous avons aussi bénéficié de l’aide précieuse du personnel de divers services d’archives, à commencer par le Service des archives du ministère de la Justice. Nous remercions tout particulièrement Louis Faivre d’Arcier, conservateur du patrimoine en charge de ce service, Anne Ducret, chargée d’études documentaires et Pierre Caroff, secrétaire administratif du Pôle archives de l’administration centrale qui nous ont permis de consulter et numériser les fiches de carrières dans les meilleures conditions et mis à notre disposition les précieux bordereaux de versement de leurs archives.

Notre gratitude va également aux conservateurs et au personnel des Archives nationales – Centre historique des Archives nationales à Paris, Centre des archives contemporaines à Fontainebleau – pour les facilités apportées à la consultation et à la numérisation des matricules et registres de nominations. Nous remercions tout particulièrement Martine Cornède, directrice du Centre des Archives d’outre-mer, qui nous a autorisé à consulter directement les fichiers du personnel colonial et le Bulletin officiel du ministère des Colonies, nous faisant ainsi gagner un temps précieux.